LES ELLES
Accueil du site > HACKED BY SCORZ > Sites de fans > Les Elles, sur axelibre.org

Les Elles, sur axelibre.org

jeudi 17 février 2011, par Lyonic

mardi 22 août 2006, par Hélène MAUBOUSSIN

J’aimerais beaucoup qu’on m’explique pourquoi elles ne sont pas plus connues. Certes, elles sont complètement tarées et elles ne nous racontent pas des morales sur la vie et des belles histoires d’amour, mais avec ce groupe de 4 Nantaises [Caennaises, NDLR], on part dans un autre monde et même plusieurs.

Les Elles, c’est la voix de Pascaline Hervéet et chanteuse mutine et auteur compositeur, c’est les arrangements et le doigté tantôt classique, tantôt tzigane de la pianiste/accordéoniste Sophie Henry, c’est le tempérament rock de la violoncelliste Christine Lapouze et les chœoeurs, bruitages coquins et rieurs de Sarah Auvray, la comédienne.

Merci Caro de me les avoir fait découvrir il y a cinq ans. Il n’y a pas un album que je n’aime (Les elles (1995), Deuxième album (1997), Pamela Peacemaker (2000), Live (2001) et Siamoises (2003)). Parfois elle(s) poussent des cris de furies qui font que mes collègues australiens me regardent comme une dingue. Mais qui ne sent pas cette douleur dans “Orthopedia”, jambe de bois. Personne n’a leur chic pour raconter les tribulations de cette femme qui voudrait être noire (“Négresse”), ou encore de cet homme qui aimerait être une femme (“Simone”). Qui peut mieux qu’elles décrire cet hymne érotique dans “Le vase chinois”.

Avec Pamela Peacemaker, c’est carrément un monde qu’elle crée autour de cette infirmière de l’hôpital des fées qui est amoureuse du Player et s’occupe d’enfants-bulle. Cet album, c’est comme lire un livre de conte à un enfant.

Ce sont des parolières de rêve. Dans leur dernier album, Siamoises, c’est le monde du cirque qu’elles nous font découvrir. Prenons l’exemple de “L’écuyère” :

« Si tu crois qu’l’écuyère
Va te touiller ton café tu peux t’brosser
Tu boiras ta vie sans sucre
Ce sera bien plus amer
Quand t’auras plus l’écuyère
Car un soir chéri
Quand tu mettras le couvert
Tu trouv’ras plus l’écuyère »

Enfin le mieux, c’est encore de les écouter ou de les voir en concert, comme j’en ai eu l’occasion au festival Hippocampus à Clermont-Ferrand en 2004.

En concert :

Je n’ai pas trouvé de site officiel ni de dates de concert, donc si quelqu’un les connaît, n’hésitez pas à nous les faire parvenir.

Sources : http://www.axelibre.org/artmaniaque...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0