Hacked By Ph4nT0m
Accueil du site > HACKED BY Ph4nT0m > 6. Joseph (2009) > Les paroles de l’album Joseph

Les paroles de l’album Joseph

jeudi 3 septembre 2009, par Lyonic

My name is Joseph
Peut-être
Bijou
Le Slow du Père Lachaise
Zaza
Chacal
Abe Sada
Les traverses
Poisson d’avril
Joseph
Dorothy Brown
La dolce vita !
Il venait d’avoir 18 ans
Bijou la fin
La robe rouge
La valse de Niko


My name is Joseph

What’s your name ?
What’s your name ?
My name is
Joseph


Peut-être

Je donne mon Coeur ambulant
Mon corps ambulance
Mes caresses et mes mots
Pansements
Abondamment abondamment

Refrain :
J’oscille et je balance
Dans ton regard troublant
Comme une incandescence
Qui rougit de ses sens
Sorcière sur le bûcher
De ses amours cramés
Mais qui m’attrapera
Pour de bon pour de vra
J’en rêve à chaque fois
Pour de bon pour de v’là

Les chemins de travers
Me font perdre la tête
Comme un rond de réglisse
Je m’enroule autour du doute
Autour du doute
Et je me jette à l’eau
Dans des marécages
Dans le brouillard
De mes vérités éphémères
Sans promesses ni gages
Sans lois ni mariage
Je me donnerai trop
Jusqu’au dernier métro

Comme une clé perdue
Tombée dans un égout
Comme une fleur tombale
Aux amoureux fanés
Dans une transe vaudou
Je te cherche partout

Refrain


Bijou

J’aime pas tell’ment danser
J’préfère quand on m’embrasse
Alors j’fais que les slows…
Me colle pas trop Bijou
Faut qu’ça frôle
Faut qu’ça souffle sans y penser
Et alors là Bijou c’est comme ça qu’ça arrive
L’ennui me lâche comme un sursis
Quand l’envie me chope la cheville, me grimpe
Douc’ment le long des jambes
Tranquille mimile
Comme une grosse araignée,
Tissant la toile de la rencontre
Là où ça touche,
Là je fais mouche…
J’peux plus tourner j’ai l’corps tout flou
Dans les flonflons j’me sens toute gnangnang
Tu viens Bijou ?


Le slow du Père Lachaise

Dansons un slow mou et fébrile
Un slow bourré comme une queue de pelle
Dansons un slow doux érotique
Au beau milieu du cimetière
Sous la pluie mon Johnny
Mon amant mon chéri
Dansons un slow mou et fragile
Un slow bourré comme une baleine
Dansons un slow flou érotique
Au beau milieu du cimetière
Sur ce rythme lent nos pas s’emmêlent
Ils ne savent plus où toucher terre
Je sens les morts qui matent on tombe ils nous rattrapent
Avec le diable au corps on s’retrouve dans l’décor
Dansons un slow mou et fébrile
Un slow transpirant de désir
C’est lent un slow c’est envoûtant
Tout comme les morts qu’y a la-d’dans
Sous la pluie mon Johnny
Mon amant mon chéri
Dansons un slow jusqu’à demain
Un slow serré gêné osé volé lové
Au beau milieu des macchabées
Allez Bijou !


Zaza

Pas contente pas constante pas pimpante…
I) Je fais la gueule et je m’enrhume. Dans mon boudoir je fume. Mes « Caporal » tiennent le cap de mon moral bas et brumeux. Je m’enlise en marquise dans la valse sublime de ma décadence. Ma robe à frous-frous dans la boue. Bouh bouh you bouh je fais la moue avec mon cul.
II) J’arpente les marches du palais déguenillée à souhait. Dans les dentelles ça bas de soie y’a des baleines qui se promènent au coi d’ma bouche. Une mouche à merde, le zoo à Zaza, marquise des anges déchus.
Les tambours, les chapeaux pointus, les pouets-pouets les clairons j’aime pas. III) En bonheur j’ai quelques lacunes, quand la petite chance passe je la mate du coin de l’œil, l’attrape et lui arrache les pattes. Pour qui elle se prend celle-là, son p’tit air de bonne à tout faire. Madame la chance.


Chacal

Couchée dans ma chambre d’hôtel
Je me suis faite belle pour un lustre
Dessus de lit dessous de pute funeste envie
Love uppercut
Dans ma main l’arme fatale tu seras dans la merde
Les flics aux trousses après mon ultime secousse
Car j’ai gardé en secret ta ceinture
En imitation croco à boucle cloutée
Suicide déguisé en crime imparfait
Double vengeance préméditée
Mais comment as-tu pu penser que je n’aurai
Rien sur l’odeur de son sexe envahissant
Ta chevelure mon pauvre amant
Couchée…
Je m’accroche à ta ceinture allez c’est parti en voiture
Pour les préliminaires mortuaires je m’arrêterai à l’estuaire
Glisse ceinture vas-y glisse de mes seins à mes cuisses
Caresse-moi de tes clous et j’irai jusqu’au bout
Ne change pas de décor joue la danse des morts
Avant que ma main tétanise en te serrant là
Sur mon cou petit croco devenu fou mon petit chou
Douleur plaisir mon souffle expire
J’étouffe mon amour ta ceinture autour de mon cou
Je crève mon amour un samedi après-midi à Paris
La la la la la chacal


Un jour

Un jour viendra où le corps inconnu glissera sous mes doigts
Un jour viendra où la belle aventure m’ouvrira les bras
Je saurai la caresse la délicate ivresse
Je saurai la douceur du corps de l’âme sœur
Un jour viendra où le corps inconnu glissera…
Comment s’ra-t-elle je n’en sais rien
Sûrement loin des fantasmes et clichés qui font rêver
Les hommes quand deux femmes se la donnent
Pas de porte-jarr’telles ni toute autre ficelle
Des classiques érotiques
On parlera de nos enfants de nos amants longtemps
Et doucement on boira des trucs forts on est pas des PD
On se fera marrer et j’aimerai son rire et j’aimerai son rire
Un jour viendra où le corps inconnu glissera sous mes doigts
Un jour viendra où la belle aventure m’ouvrira les bras
Je saurai réagir à ses moindres désirs
Je saurai la douceur du corps de l’âme sœur
Un jour viendra où le corps d’une femme glissera…
Et le désir arrivera guirlande d’or enlaçant
Une main une mèche de cheveux
Alors nous partirons tous les deux en loucedé
Scintillantes d’envie


Abe Sada

Abe Sada E F G comme Geisha
Abe Sada érotique Folle Geisha Homme Ishida
Jouir Kichi Kimono Lèvre Lumière Lové
Mutilé Mort Mouillé Nu Nagisa Oshima
Œuf Odeur Pur Passion Plaisir Q
Rare Rouge Resplendissante
Saké Sexe Silence Saveur
Strangulation STRANGULATION
T comme Testicules Tradition Thé Urine Ultime
Verge Vagin Vorace Wakatsuki
X comme un film Y comme rien Z comme la FIN


Les traverses

Sur les traverses des chemins de fer
Je danse à toute allure
Serrée dans les bras d’acier des rails – je danse –
Et je t’effleure – princesse – au clair obscur – à peine –
J’enlace ton cœur si délicat
Cousu d’étoffes rares souples et soyeuses
Cousu pour les caresses
Et je traverse à contresens les chemins de rêve
Dans les brouillards courbes et gris du métal
Je m’assoupis – silencieuse –
Je sombre et je sais que tu retiens ma tête lourde
Et préserve un repos provisoire
Le temps s’étire – distendu – d’un motif incertain
Entre chien et loup
Je reste cachée J’espère
À l’orée du réveil
Que rien ne vienne effacer
TON SOUFFLE


Poisson d’avril

J’me sens frais comme un gardon
Brillante comme une petite sardine
Bref, je nage dans l’bonheur
POISSON D’AVRIL


Joseph

Un vieux cochon dans le corps d’un canon
Une petite putain de jeunesse abritant
Un pervers pépère pas besoin de poppers
Je poque sous ma coque
De jeune femme coquine
Je pisse dans mon froc
Incontinence en bikini
Pépé gateux en bas résille
Ça pue la gnôle dans ce beau bec pas le bombec

Refrain :
Joseph oh mon amour je m’aime je m’aime je m’aime (x2)

Je baise mon image je me fais des massages
Me demande en mariage
Lèvres charnues fesses dodues rendent tarés mes vieux roustons
Je suis trop bonne je n’en peux plus je deviens con

Refrain

Je bande pour Paulette je bande pour moi-même
Et me voilà goudou devant mes copines en dessous
Quand je suis pas PD sous les paluches de mâles trop inspirés
Celui qui m’met la main au cul
J’lui fous un pain il r’viendra plus

Refrain


Dorothy Brown

Dorothy Brown se taille un corsage à la lame
Acérée elle me donne en petites coupures
Sa déchirure
Sa peau que j’aime tant s’écarte doucement
Laissant couler la lave de ma femme volcan
Ses cicatrices se glissent dans mon cerveau
Gravées au couteau j’ai envie de crier
Mais son whisky brûle ma voix et sa beauté brûle mon moi
Je me sens disparaître fondre à la chaleur de ses bras

Refrain :
Dorothy Brown ma bouillonnante caresse
Mon amour matador ma garçonne mi amor
Tu m’as jeté un sort Dorothy Brown

Toutes ces nuits d’ivresse à jouer les valseuses
Et les petites dormeuses ça me laisse fiévreuse
J’ai une mine affreuse

Refrain

Et je prends le virage sur ma ligne de cœur
Aussi vite qu’un mirage j’explose mon compteur
Sans signaux de détresse

Dorothy Brown ma bouillonnante caresse
Mon amour sans filet j’ai envie de plonger
Mon amour matador ma garçonne mi amor
Tu m’as jeté un sort Dorothy Brown


La dolce vita !

L’estate nell’auto sofia il vento
La tua mano calda dolcemente mi dà prova di felicità
E la dolce vita mio amore e la dolce vita
Il corpo nudo di stress si vesté di tue carezze
Per le delicate brezze
E la dolce vita mio amore e la docle vita
E piano piano tenendog la mano salrano verso nuovi lidi
Esploriamo tutti i luoghi a caccia di tesor
La tua pelle é assolata e mi senso infiammata
Andiamo a far l’amor sun all’ultimo tremor
E la dolce vita mi amore e la dolce vita
Noi gli occhi negli occhi come tutti gli amanti
Voliamo più distanti
E la dolce vita mio amore e la dolce vita
E se dopo la gioia arriva la noia
Cerchiamo ancora altri sentieri
E poi di inseguirci no stanchia moci
Inventiamo la vita come il primo giorno
Jo le so che tu lo sai e tu sai che io lo so


Il venait d’avoir 18 ans

Il venait d’avoir 18 ans il était beau comme un enfant fort comme un homme
C’était l’été évidemment et j’ai compté en le voyant mes nuits d’automne
J’ai mis de l’ordre à mes cheveux un peu plus de noir sur mes yeux ça l’a fait rire
Quand il s’est approché de moi j’aurais donné n’importe quoi pour le séduire

Le venait d’avoir 18 ans c’était le plus bel argument de sa victoire
Il ne m’a pas parlé d’amour il pensait que les mots d’amour sont dérisoires
Il m’a dit j’ai envie de toi il avait vu au cinéma le blé en herbe
Au creux d’un lit improvisé j’ai découvert émerveillé un ciel superbe

Il venait d’avoir 18 ans ça le rendait presque insolent de certitude
Et pendant qu’il se rhabillait déjà vaincue je retrouvais ma solitude
J’aurais voulu le retenir pourtant je l’ai laissé partir sans faire un geste
Il m’a dit c’était pas si mal avec la candeur infernale de sa jeunesse
J’ai mis de l’ordre à mes cheveux un peu plus de noir sur mes yeux par habitude
J’avais oublié simplement que j’avais deux fois 18 ans


Bijou la fin

J’ai l’cœur tout froid
J’le mettrais bien dans l’four
En papilotte
Et puis j’tremp’rais mes lèvres
Dans un verre de formol
En mangeant deux trois chips…
J’dans’rais la gigue dans ma cuisine
J’sais plus où j’suis Bijou…
J’suis pas dans mon assiette
C’est déjà ça d’gagné


La robe rouge

Que pensera-t-il de moi
Quand j’entrerai dans ce bar
Surpris séduit ou bien déçu
Peut-être que j’irais à pieds
Peut-être que ça me détendrait

Je mettrai la robe rouge
La robe rouge sera très bien
Un peu ouverte sur mon destin

Sera-t-il tout aussi doux
Que dans ses galants courriers
Est-ce que je le reconnaitrai
Mais de quoi allons-nous parler
Par écrit c’est moins compliqué

Je mettrai la robe rouge
La robe rouge sera très bien
Un peu ouverte sur mon destin

S’il me trouvait moins jolie
Que sur la photographie
La solitude m’a amaigrie
Une tartine un café au lait
C’est toujours le même souper

Je mettrai la robe rouge
La robe rouge elle est très bien
Allez en route vers mon destin

Si nous pouvions nous asseoir
Je n’aime pas beaucoup le comptoir
Je ne vais jamais au café
Je suis un peu intimidée
Trouvons un endroit plus discret

C’est une vieille robe vous savez
J’avoue j’ai longtemps hésité
Le rouge c’est un peu délicat
Surtout à mon âge n’est-ce pas
Mais je suis heureuse qu’elle vous plaise

J’aime cette robe rouge
Et avec vous je me sens bien
Glisserez vous dans mon destin


Valse de Niko

J’ai valsé sur trop d’amour
Et me risque toujours
Dans ce grand tour de bras
Étourdie je ne peux plus
Faire un pas
Que restera-t-il de moi
Ce petit tas de cendres
Qui glisse entre vos doigts
Mon cœur est une catin
Passez votre chemin

Refrain :
À mon dernier bal
Je ne dansera pas
Je vous regarderai
Cachée sous le taff’tas
De ma robe à regrets
Si vous me reconnaissez
Non ne m’invitez pas
La valse avec moi
Ca n’vaut pas cent balles

J’ai le cœur dans les souliers
Et mes bas ont filés
Comme toutes ces années
Vous rodez toujours
Je compte les tours
Que restera-t-il de moi
De mon carnet de bal
De mes dessous de soie
Je danse mon spleen en solo
Plus de valse et de slow

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0